La construction de l’inégalité devant la loi par le gouvernement socialiste

 

Parti Multiculturaliste Communiqué de presse.
Le 24 décembre 2015

 

Construction de l’inégalité devant la loi par le gouvernement socialiste

En introduisant dans la réforme constitutionnelle un texte sur la déchéance de nationalité pour les binationaux nés français, François Hollande construit l’inégalité en détruisant le principe d’égalité devant la loi.

Dans la Déclaration des Droits de l’homme et du Citoyen (1789), l’article premier affirme ce principe :
« Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits. »

Quels que soient la nationalité, le lieu de résidence, le sexe, l’origine nationale ou ethnique, la couleur de la peau, la religion, la langue ou toute autre situation.

Une loi communautariste, raciste et fascisante

En créant une différence de droit à une communauté spécifique le gouvernement socialiste propose une distinction juridique entre les  citoyens.

Une distinction juridique entre les binationaux, les noirs et les arabes, et les Français « de race blanche ».
Une loi qui offre une sous-citoyenneté, une citoyenneté temporaire, une citoyenneté en sursis.
Un texte  juridique mais qui repose sur des critères de distinction biologique, une loi qui différencie selon des critères ethniques. C’est un droit du sang.

Les enfants nés français et qui le sont depuis 3 ou 4 générations seront juridiquement distingués comme une catégorie de français juridiquement à part.
Ce texte vise les populations issues de l’histoire coloniale, principalement « les arabes et les noirs » qui réclament depuis tant d’années plus d’égalité. Apres ses nombreuses années de stigmatisations et de discriminations, le gouvernement socialiste décide de  justifier cette inégalité en gravant dans la loi  un statut de « sous français » face au «français de souche ».

Si l’extrême droite venait à gagner les prochaines présidentielles, elle ne pourra que se réjouir de suivre le sens de ces lois de distinction, de discrimination, d’exclusion, dans un projet raciste qui  mènera la France au fascisme.

A-Malik DJERMOUNE
président fondateur du PARTI MULTICULTURALISTE